Gilles Verrier – Réflexion clin d’œil sur la Nouvelle Lune 1° Cancer

Le 21 juin à 08h41

Au moment de cette Nouvelle Lune, dans le premier degré Cancer, la Lune viendra s’intercaler entre le Soleil et la Terre, donnant lieu à une éclipse solaire annulaire. Elle débutera en Afrique de l’Est, traversera le Sud de la péninsule Arabo-persique, puis le Pakistan, ensuite l’Himalaya pour continuer en Chine, puis à passer à Taïwan, pour finir dans l’océan Pacifique.

L’éclipse solaire signifie que la lumière est occultée par nos habitudes (Lune) et nos comportements compulsifs. Les conditionnements lunaires sont liés à notre passé et à nos mémoires émotionnelles, personnelles et familiales. C’est donc un mois, où toutes nos fragilités et zones d’inconfort pourraient resurgir. La lunaison se forme au moment du solstice d’été, c’est-à-dire au moment où la lumière (la force de jour) est à son maximum. Cette éclipse au Nœud Nord recèle une qualité et un sens particuliers. Pour nous projeter dans le futur (NN), nous avons à tirer les leçons d’un passé (NS) personnel ou collectif qui n’a pas encore été assimilé et qui resurgit par cette éclipse. Alors, soyons vigilant à ne pas tourner des pages trop rapidement sans avoir transcendé notre passé. Le climat collectif actuel pourrait refléter cette situation. Nous entendons beaucoup l’expression du « monde d’après ». Pour qu’il y ait un monde d’après, il est essentiel de comprendre le « monde d’avant », s’en détacher, en conservant ce qui est essentiel et en rejetant ce qui est obsolète sur le plan de nos valeurs (Vénus est toujours rétrograde).

L’éclipse avec anneau (annulaire) pourrait signifier un symbole d’alliance entre la lumière qui apparait comme un mince anneau et l’ombre qui masque la quasi-totalité du Soleil. L’ombre est toujours une partie vivante de la personnalité, il nous appartient d’en faire une alliée et non une ennemie.

Dans l’archétype du Cancer, La Grande Mère donne la vie et règne sur la mer et la terre. C’est l’eau amniotique d’où émerge l’enfant, les eaux de l’inconscient d’où émane l’identité individuelle. Ce signe représente la première émergence de la vie, l’entrée de l’esprit dans une forme corporelle. Celle-ci pour se consolider doit définir son espace et sa place face à la pression collective (famille, société, groupes).

Le solstice (sol stare) d’été est le moment de l’année où le Soleil arrête sa progression vers le nord en déclinaison. Cet arrêt marque la culmination de la lumière (la force de jour). La Nouvelle Lune se forme cette année à ce moment particulier. Ce mois soli lunaire, qui débute avec une éclipse, incite à nous pencher sur ce que nous n’avons pas encore éliminé du passé et qui « encombre » notre évolution. L’introversion est de rigueur, d’autant que cinq planètes (sur huit) sont rétrogrades au moment de l’éclipse. Réfléchissons à nos projets futurs en comprenant le passé avec la rétrogradation de Mercure en Cancer et redéfinissons ce qui a de la valeur à nos yeux avec la rétrogradation de Vénus. 

Le Cancer Iconographie arabe

Le symbole Sabian de cette nouvelle lune est le 1° degré du signe du Cancer :

« A bord d’un navire, les marins amènent les couleurs et hissent un nouveau drapeau »

Dane Rudhyar dans son commentaire évoque « un acte symbolique signifiant un changement radical d’obédience. Point de non-retour ».

Le bateau symbolise ici la conscience individuelle naviguant sur l’océan du vaste inconscient individuel et collectif. Le changement de pavillon nous demande à réorienter nos objectifs en tenant compte de nos expériences passées. Pour stabiliser (solstice) les énergies de l’individualité naissante, il s’agit de nous positionner et d’afficher (le nouveau drapeau) nos objectifs et le pourquoi de notre navigation. Interrogeons-nous donc sur nos objectifs personnels de vie et apprenons à les relier à la dimension collective renaissante (la durée des jours a atteint son maximum et la durée des nuits commence à croître).

Dans le thème de la lunaison, le quinconce des luminaires à Saturne incite à la vigilance dans la réorientation de nos objectifs personnels, « qui ou quoi servir » doit être envisagé de façon prospective (Saturne en Verseau) en gardant à l’esprit, les résistances éventuelles à se détacher de la pression collective qui pourrait paralyser nos futurs projets. Nous pourrons davantage visualiser, expérimenter et nous positionner face à ces résistances, lors de la prochaine lunaison. Celle-ci se formera encore en Cancer avec l’opposition à Saturne et Pluton, toujours rétrogrades dans le signe du Capricorne.

Suivons la dynamique soli lunaire :

Entre le 21 et le 28 juin, phase Nouvelle Lune, avec éclipse totale de Soleil.

La NL débute avec le défi de comprendre ce qui peut être caché à notre conscience (éclipse) et que nous devons aller chercher dans les profondeurs de nos mémoires émotionnelles. Le quinconce à Saturne nécessite de faire l’effort de nous extraire de situations antérieures non solutionnées qui remontent à la conscience et obscurcissent notre horizon. Les valeurs que nous portons ont pu être réévaluées pendant toute la rétrogradation de Vénus qui s’achève le 25 juin. Toute la lunaison, Vénus sera dans le signe des Gémeaux ce qui nous incite à développer la curiosité, l’expérimentation et nous lier avec davantage de légèreté et d’innocence. L’entrée de Mars dans le signe du Bélier le 28, quelques heures avant le Premier Quartier, est à mettre en relation avec une période de stimulation, attention cependant à la précipitation dans nos choix et entreprises.

Entre le 28 juin et le 5 juillet, phase Premier Quartier.

Cette phase de mise en acte de ce qui a émergé depuis la Nouvelle Lune est très tonique (Mars entre en Bélier et y séjournera jusqu’au 6 janvier 2021). Ce sont les relations que nous entretenons qui seront sollicitées, nous pourrions devoir nous positionner face à certaines relations difficiles ou douloureuses. Nous pourrions également soigner d’autres relations que nous avions délaissées pendant le confinement. (Lune en Balance opposée Chiron).

Le 30 juin, se forme la seconde conjonction Jupiter Pluton. Ce cycle met en évidence le fait de devoir remplir un rôle social qui satisfasse nos exigences les plus intimes et profondes. On cherche à donner un sens à son existence et cela correspond à la mort et au renouveau de certaines croyances. On s’interroge sur le sens de nos croyances, ce qui peut entraîner la mort de certains systèmes philosophiques ou religieux qui avaient prévalu dans notre existence jusqu’alors.

C’est le moment où l’on se pose la question : « qui et quoi croire ? ».

La conjonction inférieure Soleil Mercure participe également à cette grande interrogation.

Cette période peut être délicate, car c’est un moment de régénération du sens de l’existence, les systèmes philosophiques et sociaux sont défiés pour intégrer un sens plus profond.

Des connaissances ou des savoirs qui étaient restés dans l’ombre sont portés au grand jour.

Les ombres collectives peuvent resurgir à ce moment-là et le mauvais usage du pouvoir peut être mis en évidence. Nous en avons vu déjà les excès avec la crise sanitaire. Cette conjonction (Jupiter Pluton) est active toute l’année et se reproduira pour la dernière fois en novembre. Ce sont les comportements sociaux négatifs hérités du passé qui peuvent resurgir et ceux-ci doivent être observés (retour de Saturne en Capricorne le 1 juillet)

Entre le 5 et le 13 juillet, phase Pleine Lune avec éclipse partielle.

Cette période de mise en lumière sera en partie occultée car la Lune sera dans la pénombre de la Terre (non visible en Europe). Il pourrait rester des résidus de notre passé émotionnel non éliminés qui pourraient nous perturber et nous rendre nerveux, des vieilles croyances encore présentes auxquelles nous sommes encore attachés compulsivement. Il sera opportun alors de faire un travail de détachement ou « lâcher prise » (Vénus sesqui carré Jupiter et Pluton les 7 et 9 juillet – Mercure rétrograde carré Mars le 8 juillet).

Mercure reprend sa marche directe le 12 juillet, la réflexion émotionnelle entreprise pendant la période (Mercure en Cancer) pourrait nous permettre d’élargir notre compréhension du monde et développer encore davantage de compassion et d’ouverture (Soleil trigone Neptune le 12 juillet).

Entre le 13 et le 20 juillet phase Dernier Quartier.

Cette fin de lunaison nous permettra de nous réorienter vraiment comme l’indique le symbole sabian de la Nouvelle Lune, face à toutes croyances et convictions, que nous avions adoptées depuis quelque temps.

La distanciation face au matraquage médiatique véhiculant la peur et l’anxiété sera nécessaire et nous paraitra évidente (Soleil opposé Jupiter et Pluton les 14 et 15 juillet).

Notre capacité d’initiative, nous permettant de nous dégager de l’inhibition d’action, pourrait être restaurée et soignée dans la période (Mars Conjoint Chiron). Cette responsabilité individuelle est nécessaire pour ne pas être soumis à la pression collective toujours anxiogène.

Résumé : La confrontation entre l’ombre et la lumière est très marquée dans cette période. La Nouvelle Lune avec éclipse au moment où la lumière culmine insiste sur la nécessité de nous positionner face à la pression collective.

Acceptons de nous détacher de vielles croyances sur nous-mêmes et les autres afin de nous connecter à l’Etre Véritable que nous sommes. Cette connexion est indispensable pour trouver notre place et notre stabilité dans la période de mutation collective que nous traversons.

Nouvelle Lune

Pleine Lune

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *