Gilles Verrier – Réflexion clin d’œil sur la Nouvelle Lune 23° Bélier

Le 12 avril 2021 4h30

Cette première Nouvelle Lune post-printanière, nous invite particulièrement à envisager comment nous pouvons nous dégager de cette épreuve sanitaire par le haut et savoir, pour la période à venir, en tirer des leçons fondamentales. Cette situation suggère d’élargir la conscience par un processus de « poussée créative » afin de guérir la limitation d’action imposée par les directives gouvernementales.

Le degré Sabian en relation de cette Nouvelle Lune en Bélier :

« Une femme enceinte vêtue d’une robe d’été légère »

Ce symbole met en évidence un processus de fécondité et d’épanouissement de notre intériorité. Nous entrons dans un processus créatif, c’est vers cette dynamique évolutive que nous sommes invités à nous focaliser. La rencontre avec notre intériorité va maintenant engendrer un processus que nous devrons nourrir et prendre grand soin. L’enfant à naître va nécessiter toute notre attention, avec une certaine légèreté, dans la façon de s’y consacrer (la robe d’été).

Au moment de la Nouvelle Lune, toutes les planètes sont contenues entre Pluton en Capricorne et Mars en Gémeaux limitées par un quinconce en formation qui sera exact le 18 avril.

Il s’agit de trouver une juste façon d’agir, afin de prendre en compte un désir impérieux de mouvement, de curiosité et de capacité de déplacement alors que nous sommes limités dans nos mouvements par la nouvelle période de confinement.

Cette interdiction de libre déplacement pourrait être ressentie comme blessante et douloureuse et faire monter de sourdes colères qu’il serait judicieux d’observer et prendre en considération (Chiron se trouve au mi- point du thème de la NL). Il ne s’agit pas de céder à des réactions éruptives désordonnées qui pourraient nous être préjudiciables, mais prendre en compte ce puissant appel au mouvement, lié à l’énergie du signe (Bélier) qui cherche à aller de l’avant.

Le besoin de changement et de nouveauté se fait de plus en plus sentir avec le renouveau printanier. En effet, si le Bélier est le signe de l’exaltation solaire, où la Force de Jour affirme sa domination, la Force de Nuit règne dans l’inconscient. Cela nous met en garde contre la pression du collectif de ralentir ou d’empêcher le mouvement, d’où la peur de la routine et de la tradition. La fuite devant l’engagement pourrait être vécue comme un appel à être soi-même en toutes circonstances.

Si l’inconscient et la force collective prennent le dessus, nous pourrions entretenir une mentalité de victime et ne rien entreprendre (Mars carré Neptune). Nous sommes « enceintes » et c’est notre enfant intérieur qu’il convient de soigner et protéger, contre les assauts répétés de multiples vexations imposées depuis des mois.

Cet élan printanier qui nous anime doit être relié à une détermination de ce que nous voulons porter et déployer comme valeurs fondamentales. Il est souhaitable d’oser se démarquer de ce que la pression collective « mortifère » ambiante chercherait à imposer.

Le premier aspect qui se forme, juste au moment de cette Nouvelle Lune, est le carré de Vénus en Bélier à Pluton en Capricorne. Nous pourrions être poussés à affirmer parfois de façon virulente ce qui nous motive véritablement, afin de ne pas subir ces injonctions de soumission à une « fatalité » sanitaire qui permet aux dirigeants de restreindre plus naturellement les libertés. (La dynamique du carré Saturne Uranus est toujours à l’œuvre).

Le carré de Pluton à la NL suggère d’oser entreprendre des choses nouvelles, malgré les peurs et les angoisses que cela pourrait susciter. Il n’y pas à hésiter, il est important de se détacher d’un passé anxiogène pour envisager un futur plein de promesses, malgré les retenues, les blocages et les tensions internes qui pourraient se révéler pendant ce cycle.

Depuis fin Mars, la planète Mars en Gémeaux est la seule, à part la Lune pendant une partie de son cycle mensuel, à se trouver dans l’hémisphère Nord des Nœuds Lunaires. Cela signifie que nous pouvons oser expérimenter de la nouveauté, avec une fraicheur juvénile, afin de nous relier à la Source solaire, la seule porteuse de vie.

Suivons la dynamique soli-lunaire :

La phase Nouvelle Lune entre le 12 et le 20 avril.

La dynamique printanière nous pousse à expérimenter de la nouveauté, pour nous libérer d’anciennes façons de faire. Nous pourrions mettre cet élan en œuvre avec plus de volonté de liberté, d’ampleur et légèreté (Mars sextile Soleil le 13 – demi carré Uranus le 14 – trigone Jupiter le 17). Cette inclinaison nécessaire, vitale est renforcée par les différents aspects de Pluton au Soleil (carré le 16), à Mercure (carré le 17) et à Mars (quinconce le 18). Dans la période également, il y a une grande capacité d’ajustement avec souplesse et spontanéité, pour trouver les meilleures voies possibles à cet élan printanier (Mercure sextile Jupiter et Mars le 17).

La retenue dans cette période pourrait être testée à la fin de la phase et, si des obstacles se présentent, il est important de les accepter de s’y confronter pour les dépasser (Mars sesqui carrée Saturne le 19)

Dans la période du Premier Quartier, entre le 20 et le 27 avril.

Cette phase de choix et d’orientation se forme avec l’entrée du Soleil en Taureau, la détermination à trouver des solutions concrètes et productives, à notre fertile imagination du début du cycle, est accentuée. Sur le plan collectif, les problèmes socio-économiques sous-jacents, depuis et même avant le début de la crise sanitaire, pourraient commencer à se manifester et entrainer des conséquences financières délicates (Jupiter demi sextile Pluton le 20)

Il sera important de savoir faire preuve d’endurance et d’entêtement, pour voir nos projets ou idées aboutir. Nous pourrions envisager notre rapport à la matérialité de la vie de façon nouvelle et nous alléger de ce qui pourrait affecter la légèreté de la période (Vénus et Mercure conjoints Uranus les 23 et 24).

La détermination dans nos choix sera fondamentale. Nous serons également testés sur la validité des valeurs que nous voulons voir émerger et défendre, à la fin de la période (Mercure et Vénus en conjonction et carré à Saturne le 25).

Dans la période de la Pleine Lune, entre le 27 avril et le 3 mai.

La plénitude du cycle se forme dans un axe de « possession/dépossession » (Taureau Scorpion). La réflexion et la conscience (Pleine Lune) seront orientées vers le questionnement de l’utilité de de certains biens ou objets, que nous avons à disposition. Nous pourrions être poussés à nous débarrasser de ce qui ne fait plus sens. Cela pourrait être le premier pas, sur le changement de notre rapport à la matérialité de la vie (Soleil conjoint Uranus en Taureau le 30). Cette démarche volontaire pourrait être « stimulée » par une volonté à nous relier à l’essentiel (Mercure trigone Pluton) mais également par des impératifs économiques incontournables (Soleil carré Saturne le 3 mai) juste avant la dernière phase du cycle.

La communication avec notre entourage sur ce sujet pourrait être délicate et nécessitera des explications (Mercure carré Jupiter le 3 mai)

Dans la période du Dernier Quartier, entre le 3 et le 11 mai.

C’est une phase de réorientation et de libération des résidus du cycle qui s’achève. Elle débute avec la présence de Saturne, qui pourrait cristalliser nos peurs, mais aussi renforcer notre détermination à lâcher ce qui ne nous est plus indispensable matériellement, pour notre évolution personnelle et spirituelle. L’entrée de Mercure en Gémeaux pourrait permettre de prendre cela avec plus d’insouciance, même si le pas à franchir pourrait être douloureux.

Ce sont nos valeurs qui seront interrogées dans cette fin de lunaison : Ai-je fait les bons choix ? Ceux-ci sont-ils vraiment déterminants afin de me sentir plus libre et spontané ? (Vénus trigone Pluton et carré Jupiter les 6 et 8 mai- en Gémeaux le 9)

La fin du cycle questionne et requestionne nos orientations afin de nous libérer des lourdeurs du passé (Mercure sesqui-carré Pluton le 11, quelques heures avant la NL Taureau)

Résumé : Cette période printanière incite à nous orienter sur ce qui fait véritablement sens dans notre vie. Elle suggère de poser le regard sur ce qui est essentiel, en nous libérant de certaines lourdeurs matérielles qui paralysent et bloquent notre évolution.

Osons entreprendre en restant conscient des peurs qui pourraient entraver nos projets. La détermination et la confrontation seront des valeurs fondamentales pour vivre au mieux cette période cruciale, sur le plan de notre croissance individuelle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *