Gilles Verrier – Réflexion clin d’œil sur la Nouvelle Lune 26° Vierge

Le 17 Septembre 2020 13h01

Cette rentrée automnale, inaugurée par une Nouvelle Lune dans le 26° du signe de la Vierge, n’est pas seulement liée à des ajustements, améliorations nécessaires et aux bonnes résolutions qui suivent en général la période estivale. Nous sommes entrés dans une période fondamentale de notre évolution individuelle et de celle de l’humanité.

Les confrontations et les résistances liées à ce défi sont nombreuses. La fin des cycles Jupiter Saturne et Jupiter Pluton cristallise et entretient les peurs, face à la nouvelle période qui se profile.

Le symbole sabian du mois incite à se relier à la dimension sacrée de la vie :

« Un enfant de cœur tenant un encensoir assiste un prêtre au pied de l’autel »

Dans son commentaire, Dane Rudhyar évoque une étape liminaire de participation effective au grand rituel de l’évolution planétaire. Le sens du service, lié au signe de la Vierge, prend ici une dimension spirituelle. Il est question d’exécuter chacun de nos actes pour le mieux être ensemble et développer ainsi une plus grande solidarité (La Nouvelle Lune se forme en opposition à Neptune). L’enfant de cœur se trouve au cœur du rituel, agit avec le cœur et purifie l’environnement. C’est cette attitude cordiale (cœur) que nous pouvons développer pendant cette lunaison.

La constellation de la Vierge, pour les Grecs, était liée à la déesse Astrée ou Dicé (loi naturelle ou justice). Selon Hésiode, elle vivait sur terre durant l’âge d’or, exhortant les hommes à suivre les lois de la nature à l’époque, où il n’y avait pas de bagarres et de luttes entre les humains. Elle conçut une haine grandissante pour la race humaine à cause de leurs crimes et quitta la terre pour toujours, rejoignant son père Zeus et devenant ainsi la constellation de la Vierge.

Astrée symbolise la loi de la vie, de chaque objet naturel, de chaque plante, de chaque animal, de chaque homme.

La présence de la déesse se manifeste dans les saisons, dans la vie et la mort et renaissance de la végétation, et le moment venu dépend des corps célestes, des cycles planétaires.

Dicé ou Astrée se manifestent dans le changement du lever et du coucher des constellations de la lune croissante et décroissante, de la course journalière et annuelle du soleil. Elle est une représentation de l’ordre intrinsèque de la nature et son rejet de l’humanité est une image mythique du rejet traditionnel de la Vierge pour le désordre, le chaos, la perte de temps et d’énergie. Sous le règne d’Astrée, toutes les choses ont leur temps et leur place. C’est une vision que porte la Vierge de vouloir restaurer un sens de justice, mais d’une justice naturelle.

En reprenant cette approche mythologique du signe de la Vierge, nous pouvons comprendre le défi de remise en ordre collectif et individuel que cette lunaison nous offre. Il s’agit d’acquérir une vision et un recul nécessaire sur la situation collective actuelle, afin de proposer ensuite des solutions alternatives pour mettre en place une loi de la vie, en connexion avec le divin (la Lune se forme au trigone de Jupiter Saturne et Pluton en Capricorne).

La rétrogradation de Mars en Bélier qui a débuté le 9 septembre nous donne également l’opportunité d’envisager des changements ou ajustements dans notre façon de faire et mettre en œuvre des projets. Cette façon spontanée d’agir qui caractérise le Mars Bélier est remise en cause et doit laisser la place à une plus grande réflexion et coopération (L’opposition au Soleil se fera dans l’axe Bélier Balance). C’est une période d’intériorisation, d’introspection ; un moment pendant lequel nous pouvons nous déconditionner d’anciennes façons instinctuelles d’agir qui ne correspondent plus à notre réalité présente. La prise de conscience effective de ces comportements obsolètes peut se manifester au moment de l’opposition de Mars au Soleil (le 13 octobre). Ces changements pourraient commencer à se concrétiser dans nos vies au prix parfois de confrontations difficiles, à partir du 14 novembre, lorsque Mars redeviendra direct.

Dans le rythme soli-lunaire.

Entre le 17 et le 24 septembre, élan de la Nouvelle Lune.

La Nouvelle Lune propose une réflexion sur la manière de trouver des solutions alternatives au conformisme anxiogène ambiant et à la peur du changement (NL au trigone de Saturne et sesqui-carré Uranus). Cette crise sanitaire nous interpelle sur ce que nous voulons mettre en œuvre d’essentiel dans nos vies, en apprenant à nous positionner et nous affirmer différemment face à la peur véhiculée collectivement. (Soleil quinconce Mars le 19 – Mercure quinconce Neptune le 19 – carré Pluton le 21 et carré Saturne le 23). Nous pouvons apprendre à différencier nos valeurs, sans nous laisser contaminer par des informations collectives contradictoires et chaotiques.

Entre le 24 septembre et le 1° octobre, phase Premier Quartier.

La tension que génère cette phase du cycle met en évidence la nécessité d’apprendre à dire et formuler ce qui ne nous convient pas. Un vent de contestation peut commencer à émerger face à des décisions collectives irresponsables (Mercure opposé Mars le 24 septembre et Mars carré Saturne le 29 septembre). Quelles valeurs portons-nous ? Comment les ajuster aux changements sociétaux en cours.

Le respect de l’individualité et des relations sociales est à réaffirmer face à la pression technocratique des lois et décrets prétendant nous protéger (Vénus sesqui-carré Chiron – quinconce Pluton le 26 – quinconce Saturne et trigone Mars les 28 et 29 septembre). Nous serons sollicités pour approfondir notre regard sur la situation actuelle et faire preuve de responsabilité individuelle et collective pour accompagner la mutation en cours (Mercure en Scorpion le 27 – Saturne direct le 29 – Mars carré Saturne le 29 également).

Entre le 1° et le 10 octobre, phase Pleine Lune

La Pleine Lune se forme dans l’axe Bélier Balance en conjonction avec Chiron. Nous aurons sous les yeux le résultat de la façon dont le lien entre l’individu et le collectif a été considéré depuis le début de la crise sanitaire au printemps. (La dernière Pleine Lune dans l’axe Balance Bélier a eu lieu le 8 avril dernier en lien, avec Jupiter Saturne et Pluton). C’est le lien social qui doit être soigné, car les résolutions profondes se feront jour si chacun d’entre nous se sent respecté dans son individualité. Le risque de tension conflictuelle s’accentuera, si nous ne sommes pas capables de nous unir pour soigner notre humanité malade. Le Covid n’est qu’un symptôme et les mesures sanitaires ne suffiront pas, pour répondre au défi de reconsidérer notre rapport à la mère nature (Vénus en Vierge au sesqui-carré de Mars et Pluton le 9 octobre).

Entre le 10 et le 16 octobre, phase Dernier Quartier.

La fin de la Lunaison pourrait faire resurgir de fortes émotions avec des risques de débordements si le déséquilibre entre l’individu et le collectif s’est accentué au profit de règles collectives de plus en plus contraignantes (Soleil carré Jupiter le 11 – opposé Mars le 13 et carré Pluton le 15 octobre). Ce sont les relations sociales qui seront interpelées et nous serons poussés à devoir nous repositionner par rapport à ce que nous avons vécu, depuis le début de la crise et la Lunaison en Balance qui s’annonce sera un moment charnière dans la façon d’envisager les liens sociaux, nous y reviendrons.

Résumé : La phase Vierge du cycle annuel est un moment charnière pour améliorer ce qui n’a pas été suffisamment pris en compte depuis le printemps. L’arrivée du printemps s’est faite sur fond de crise sanitaire. Cette lunaison nous donne l’opportunité de comprendre plus profondément que les lois de la vie et de la nature ne sont pas respectées. Nous pouvons nous unir et nous rassembler sur un autre plan que celui d’un virus. Il est grand temps de le comprendre car Dame Nature est très en colère…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *