Gilles Verrier – Réflexion, clin d’œil sur la Nouvelle Lune 3° Gémeaux

Le 22 mai 2020 19h38

Cette lunaison Gémeaux met un accent tout particulier sur Vénus rétrograde durant tout ce cycle de lunaison, depuis le 13 mai jusqu’au 25 juin. Ce sont nos valeurs qui seront interrogées. Que devrons-nous expérimenter ? Comment le faire et que privilégier dans nos expériences relationnelles ? Nous serons poussés à revoir ce que nous avons choisi depuis un certain temps, en fonction de ce que nous aurons vécu durant la période. Le moment de la rétrogradation est toujours un temps d’introspection, sur ce qui a du sens à nos yeux. Cette rétrogradation de Vénus en Gémeaux incite à réévaluer nos échanges, notre façon de communiquer, d’entrer en relation, de nous exprimer, d’écrire. Que dire ? Quoi dire… et dans quel but ?

Pour cette Nouvelle Lune, le symbole Sabian associé est le suivant : « Le jardin des Tuileries à Paris »

Dans son commentaire Dane Rudhyar propose « de donner une forme conventionnelle à des idéaux collectifs en conférant logique et ordre à des aspects de la nature nouvellement découverts ».

La lecture de ce symbole prend une tournure tout à fait particulière dans cette période de crise sanitaire. Cela sous-tend que les communications, les échanges doivent être envisagés en fonction des normes conventionnelles à respecter. Le mot clé associé à ce symbole est le conformisme. Le conformisme, selon l’auteur de ce Yi-King astrologique, est souvent accompagné d’une attitude intellectuelle figée dans un dualisme étriqué. Alors soyons vigilants, avec ces règles de distanciation sociale imposées depuis un certain temps, à ne pas tomber dans des justifications intellectuelles. Celles-ci classifieraient de façon tranchée, les bonnes et les mauvaises attitudes et nous couperaient de l’élan du cœur.

Le dessin planétaire du thème de la Nouvelle Lune (bol sans opposition) est bordé Pluton et la conjonction exacte entre Mercure et Vénus. L’aspect qui relie Mercure Vénus à Pluton est un bi-quintile (144°). Nous pouvons en déduire que nos échanges et notre façon de communiquer sont à réinventer. Le temps n’est plus aux bavardages. L’élan créatif animera nos échanges, en gardant bien à l’esprit et dans le cœur que la profondeur des informations qui s’échangent est essentielle. Pas besoin de longs discours pour animer nos liens. (Vénus rétrograde en conjonction avec le maitre de la Lunaison, Mercure). C’est la parole du cœur.

La curiosité naturelle des Gémeaux, pour explorer découvrir et s’aventurer dans de nouvelles expériences, laisse la place dans cette lunaison à l’aventure intérieure.

En observant nos attitudes, nos réactions et notre comportement face aux situations relationnelles qui nous seront présentées, nous pourrons ainsi entrer dans un processus de guérison de vieilles blessures. Les incompréhensions, les quiproquos laisseront ainsi la place au silence intérieur et, à une plus grande sérénité dans nos échanges.

Chiron, l’archétype du guérisseur, se trouve au mi point de ce thème bol limité par le bi-quintile, aspect de ressource créative.

La mythologie des Gémeaux est éclairante sur la dynamique psychologique qui anime le signe. Les premiers jumeaux, Gémeaux, les moins connus, furent Zéthos et Amphion, fils de Zeus par Antiope. Zéthos était fort et vigoureux, un vrai guerrier, Amphion avait reçu le don de savoir jouer de la lyre par Hermès. Zéthos reprochait à Amphion sa passion pour la lyre, car selon lui, elle lui empêchait de s’occuper de choses utiles. Cependant, ils devinrent maçons et les pierres d’Amphion se déplaçaient au rythme de la lyre et se mettaient facilement en place, tandis que Zéthos devait utiliser la force physique. Il était d’ailleurs souvent en retard sur son frère.

Dans le mythe, nous retrouvons le conflit fondamental des Gémeaux, les opposés. Amphion défendait l’art et la vie intellectuelle, Zéthos l’efficacité et la force physique. Cependant, l’association des deux permet la relation entre le physique et le mental.

Castor et Pollux sont fils de Léda, femme du roi Tyndare de Sparte et de Zeus, qui s’était déguisé en cygne blanc pour séduire Léda. Ils sont nés d’un œuf ou de deux œufs, selon les versions et sont les frères d’Hélène de Troie et de Clytemnestre.

Après de nombreux combats, Castor, fils de Tyndare mourut et Pollux, fils de Zeus fut blessé. Pollux fut immortalisé et emporté au ciel. Cependant, il refusa l’immortalité, si Castor ne la partageait pas avec lui. Zeus leur permit de demeurer un jour sur deux parmi les dieux et l’autre jour sous la terre à Thérapnè, où un culte leur était dédié. Comme récompense de leur amour fraternel, ils devinrent les Gémeaux dans le ciel.

Les jumeaux représentent une expérience cyclique des opposés, car lorsqu’ils sont mortels, ils doivent expérimenter la mort et le côté sombre de l’existence et lorsqu’ils sont immortels, ils partagent le plaisir des dieux. Ainsi dans l’énergie Gémeaux, il peut y avoir alternativement la dépression (Thérapnè) et la joie avec les dieux de l’Olympe.

Les mythes en relation avec les jumeaux ou les frères célestes représentent également souvent l’un des deux, comme l’incarnation du bien et l’autre du mal. C’est le thème du conflit avec l’ombre, l’ennemi intérieur qui est un frère, né de la même matrice, cela entraîne le conflit entre frères, l’un étant aimé, l’autre rejeté : Romulus et Remus, Caïn et Abel, Judas et Jésus.

Apprenons durant ce mois « gémellaire », à nous relier à notre double intérieur, notre ombre dont les positions sont en contradiction avec nos positions conscientes. Par cette confrontation, davantage de conscience et de lucidité (lux) pourraient émerger.

Dans le rythme soli-lunaire

Entre le 22 et le 30 mai, élan de la Nouvelle Lune.

Dès le début de la Lunaison, l’accent est mis sur la conjonction de Mercure avec Vénus rétrograde. Nous pourrons relier les opposés, associer le cœur et le mental, afin de trouver des solutions créatives déjà évoquées plus haut, pour sortir de cette période de confinement que nous venons de vivre. Les pistes envisagées pourront être stimulantes, mais également dérangeantes, voire agaçantes et énervantes (Mercure en aspect d’Uranus, Pluton et Jupiter – Mars en aspect d’Uranus et Pluton). L’entrée de Mercure en Cancer, juste après sa conjonction au Nœud Nord, le 28 mai, permettra de revoir nos préoccupations avec davantage de sensibilité, de belles perspectives évolutives et surtout moins de fuite dans l’intellect. Le réajustement vers des valeurs plus fondamentales se poursuit et s’approfondit autour du 29 mai (Vénus sesqui-carré Saturne).

Entre le 30 mai et le 5 juin phase Premier Quartier.

Cette phase d’engagement nous demande de préciser avec beaucoup d’attention les orientations que nous voulons mettre en actes, d’éviter également de nous éparpiller dans nos recherches et d’apprendre à faire face aux éventuels obstacles (Mercure quinconce Saturne, Soleil sesqui-carré Pluton et Mars demi-carré Jupiter le 30). Nous pourrions être tentés de vouloir nous lancer dans des entreprises avant d’avoir « soldé de vieux dossiers » et fait le point sur ce qui a vraiment de l’importance à nos yeux. (Soleil sesqui-carré Jupiter le 1 juin – Vénus carré Mars le 3 juin)

Le milieu de la période de rétrogradation de Vénus intervient le 3 juin (Vénus conjonction inférieure avec le Soleil). Nous pourrons commencer à voir plus clairement les attitudes et comportements à éliminer dans nos relations, même si cela reste encore dans une perspective à moyen terme.

Entre le 5 et le 13 juin phase Pleine Lune

La Pleine Lune, en Sagittaire, se forme avec une éclipse très partielle. Cela nous incite à nous méfier des vérités que nous pourrions affirmer alors qu’une ombre, celle de la terre masque la réalité lunaire et renforce des croyances toutes faites (Sagittaire). L’hémicycle décroissant de la lunaison exhorte à rester prudent sur les découvertes ou révélations faites récemment. Les tensions, entre le 6 et le 10 juin (le carré Soleil Mars activé par Saturne – Vénus sesqui-carré Jupiter et Pluton), pousseront à une certaine retenue dans la poursuite de ce processus de dé-identification des valeurs collectives. Restons centrés sur ce que nous voulons adopter comme éthique. La phase s’achève avec le carré du Soleil à Neptune, acceptons de porter plus loin nos espoirs, sans se limiter à notre réalité du moment.

Entre le 13 et le 21 juin phase Dernier Quartier.

Cette phase de réorientation poussera à agir en fonction des idéaux collectifs qui nous animent, sans pour autant sacrifier nos propres désirs (Mars conjoint Neptune le 13 juin). Soyons vigilants à ne pas nous laisser embarquer par une « gronde collective ». Gardons suffisamment de lucidité pour tenir à distance les jeux de manipulations médiatiques, sans tomber dans des révoltes stériles. (Soleil demi Uranus – Soleil quinconce Pluton et Jupiter les 14, 15 et 16 juin).

La mise à distance de tout le flot informationnel sera de rigueur, d’autant que Mercure débutera sa rétrogradation le 18 juin, l’appel sera celui de la réflexion.

La lunaison s’achèvera en restant concentrés sur l’essentiel que nous voulons mettre en place dans le mois d’été qui se profile (Mars sextile Pluton – demi-carré Uranus et sextile Jupiter les 18 19 et 20 juin).

Résumé : Cette lunaison semble très créative pour définir davantage ce que nous voulons vivre dans nos relations et nos échanges, dans les mois qui viennent. Le confinement nous a poussé à revoir ce qui était important dans nos vies. Ce processus se poursuit, nos relations évoluent. Nous devons faire avec certaines contraintes sociales, restons centrés sur ce qui a le plus de valeur à nos yeux. Restons lucides et n’alimentons pas la peur relayée en permanence par des médias, souvent aveugles à cette métamorphose sociétale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *