Jelena Lemot – La Foi, fil d’or dans la Carte du Ciel 

Les enfants croient aux belles histoires, aux contes de fées (Neptune). Mais en grandissant, cette pureté, cette naïveté de la croyance innée se désagrège comme l’écume des vagues, sous la pression de la réalité de la vie (Saturne est dans la joie en Maison 12, de Neptune) : c’est la première déception.

Alors, la plupart des personnes commencent à raboter leurs croyances pour les mettre en conformité avec l’ordre établi par la famille, le groupe d’amis, la communauté (religieuse ou d’origine), le collectif (école, travail), la nation, etc. 

Bien souvent, le modèle de croyances n’est pas un modèle collectif accepté par tous, comme il est d’usage pour la religion, par exemple, mais plutôt une forme d’accommodation liée à notre niveau de conscience du moment. Le type de lien recherché par la personne est fortement lié à son potentiel d’éveil, potentiel qui peut être représenté astrologiquement par les liens entre la série*1 et les séries 10, 11 et 12, qui nous parlent respectivement de niveau de consensus, de niveau d’individuation et de niveau spirituel.

Ce modèle, permettant à l’individu de se relier aux autres par le partage de croyances communes, est tout à fait naturel car il vise à recréer le lien existant entre tous les êtres, lien absent du système de pensée de l’égo. 

La naissance du système de croyances

Cette tendance humaine à se lier et se relier est appelé besoin de socialisation par les sociologues et les psychologues. Nous autres, par exemple, astrologues et astrophiles, nous créons ce lien entre nous en partageant notre croyance aux valeurs de l’Astrologie et au message des astres.

Ce besoin peut prendre de multiples formes, aboutissant à autant de formes de croyances : religieuse, politique, humaniste, philosophique, ésotérique, astrologique, scientifique, psychologique, écologique, naturaliste, hédoniste, mystique, spirituelle, etc.

Les croyances peuvent être formelles ou non formelles, imposées par la loi, la famille ou le groupe, déterministes, fatalistes ou pathologiques, dictées par nos besoins physiologiques ou émotionnels, ou dirigées par nos peurs.  Du creuset de celles-ci naissent une partie des croyances individuelles, c’est-à-dire celles que chacun crée à propos de lui-même, celles qui souvent brident l’individu.

A ce stade il est important de remarquer que les croyances sont toujours créées à partir de nos émotions et des désirs de notre égo. On pourrait croire qu’elles naissent directement de nos pensées alors qu’en réalité ce sont seulement les émotions que l’inconscient génère par ces pensées qui les établissent. D’où l’importance de garder la maîtrise de ses émotions. 

Le propre des croyances, c’est qu’elles sont de nature à provoquer des incompréhensions, des disputes et même des guerres ou des confrontations de grande envergure. Par le jeu de l’égo, il y a toujours le risque que les croyances nous poussent vers les extrêmes. 

Astrologiquement les croyances sont exprimées par Mercure et les séries 3 et 6 (mental, manière de penser, esprit d’analyse), Jupiter et la série 9 (esprit de synthèse, vision holistique) et Saturne et la Série 10 (structuration et organisation). A ces informations, on doit ajouter la Lune et la Série 4 (besoins émotionnels), car les pensées ne créent des croyances que lorsqu’elles sont alimentées par nos émotions. Enfin, on regardera Vénus et les séries 2 et 7 (besoins matériels, besoin d’un partenaire), le Soleil et la série 5 (besoins de notre personnalité), Mars et les séries 1 et 8 (action, besoin de reproduction), etc. 

Ces combinaisons sont innombrables et l’Astrologie nous montre les nuances de nos croyances, d’où elles viennent et comment s’en libérer par exemple dans le cadre d’AstroCoaching.

Notre chemin 

La plupart du temps, nos actes sont déterminés à notre insu par nos croyances, d’une manière qui n’est pas nécessairement en harmonie avec notre vrai chemin spirituel : ces croyances peuvent mener à des impasses ou à de longs détours sur notre chemin. Pourtant elles résultent du besoin inconscient de recréer le lien avec le tout et constituent des étapes significatives sur notre chemin.

Il est très rare de rencontrer des gens vivant exclusivement la joie de leur être et osant s’aventurer en haute mer (série 12), c’est-à-dire vivant pleinement la mission de leur être. Mais quelle est cette mission ?  Astrologiquement, notre thème astral héliocentrique peut nous montrer notre être et notre mission dans cette vie. Dans tous les cas, nous cheminons vers le dessein universel, qui est l’Amour Universel en son unité. 

La libération du système de croyances

Ce sont nos croyances qui construisent notre réalité et notre vécu. Elles sont des illusions construites et entretenues par notre égo, pas par notre être. Les croyances nourrissent l’égo qui, en retour, lutte pour protéger ces croyances. Avoir des pensées positives n’est pas suffisant pour impacter le système de croyances, il faut encore que ces pensées génèrent des émotions positives.

Nous pouvons modifier nos croyances, de manière plus ou moins douce et consciente, ou plus ou moins radicale et choquante. C’est Uranus et la série 11 qui nous parlent du degré de cette expérience, de notre capacité à accepter ou amortir ce choc et nous libérer des fausses croyances, y compris celles créées à la suite de traumatismes. Uranus et la série 11 représentent symboliquement le niveau de révélation de notre être et notre capacité d’accès à la conscience universelle, qui précède le retour à la foi. L’exaltation d’Uranus dans le signe du Scorpion nous montre la libération qui amène à la mort symbolique mais aussi à la renaissance. 

S’il existe un lien entre la série 11 et les planètes personnelles, il est alors possible de parler du chemin de libération du système de croyances. La position d’Uranus dans le thème astral montre la qualité et l’intensité de ces changements soudains et libérateurs. Uranus est toujours « force majeure » ou premier pas vers la révélation de quelque chose de plus grand, de plus large, au-delà des bornes de notre égo et de son système (Saturn) de croyances.

Ce panorama, rendu lisible par l’Astrologie, nous parle de la nature et la qualité de nos croyances, qui n’ont rien à voir ni avec notre être, ni avec la vraie foi. C’est pourquoi il ne faut pas chercher la croyance dans les croyances, sous peine d’illusion et de déception, voire de souffrance.

L’origine de la Foi

Chacun de nous sur Terre est né avec la foi, car elle est le fil d’or qui nous relie au Tout et nous y ramènera. Contrairement au cordon ombilical qui relie le fœtus à sa mère, ce fil ne sera jamais coupé, son existence est permanente, même lorsqu’il disparait à nos yeux.

Dans la langue astrologique, la foi est symboliquement l’essence de la planète Neptune. 

Neptune, comme Dieu de l’océan inconscient, garde le secret de notre essence divine, de notre foi, de notre être et de notre chemin spirituel. Notre égo n’y a pas accès tout simplement car c’est douloureux pour lui, en raison du système de croyances qu’il a bâti et qu’il perpétue. Mercure, qui exprime notre manière de penser et nourrit notre égo, est en exil et en chute dans le signe des Poissons, le signe de Neptune. Ce sont nos croyances qui nous empêchent de sortir de l’illusion et du rêve de l’égo. 

Mais comment retrouver la foi ? Il n’y a pas de méthode miracle : la foi est déjà là, elle demande seulement à ce qu’on lui laisse de la place en abandonnant nos croyances. C’est à chacun de retrouver son fil d’or. Avec le temps, la foi finit généralement par émerger dans le silence de notre intériorité, lorsque le bruit du mental et des croyances s’est calmé et laisse percevoir l’être profond, mais elle peut aussi se révéler soudainement au paroxysme de l’agitation mentale alors que tout espoir a disparu.

La foi, pouvoir libérateur de Neptune vers l’unité de Tout

En réalité, la déception n’existe pas, elle pointe seulement notre manque de foi et le manque de valeur de nos systèmes de croyances. Les déceptions sont l’expression de Neptune venant avec son trident bousculer l’égo et ses croyances.

Cette déception est une partie de la symbolique de Neptune, le Dieu Poséidon, avec toutes les illusions et les complots aux innombrables visages. On ne peut pas « attraper » ou éviter l’expression de l’archétype de Neptune, il est comme l’eau qui coule entre les doigts. De même il est vain de chercher à attraper la foi, car elle ne vient que lorsqu’on s’abandonne à elle. C’est ainsi que l’on ne peut pas croire en la foi, on ne peut que la vivre par la conscience du tout et du lien inaltérable qui nous unit à tout ce qui existe.

L’Astrologie fait partie de ce tout. Elle nous aide à le décrypter et à l’assimiler.

Mais à l’instar de ce texte et de toutes les techniques accompagnant notre retour vers l’unité, elle n’est qu’un système de croyance dont l’utilité cessera lorsque la foi aura fait tomber un à un les masques de nos croyances et nous laissera enfin reconnaitre l’Amour en l’unité du Tout.

 

Jelena Lemot 

Astrologue professionnelle ISAR C.A.P 

Directrice Globale d’ISAR France

www.astromonde.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *