Valérie Tenza Darmandy – Vénus, un monde de saveurs et de textures

Vénus illustre des instants où nos sens sont sollicités. Symboliquement, la planète incarne un plaisir délivré par les papilles gustatives au contact d’une saveur, une impression amenée par une senteur comme des émotions à l’écoute d’une mélodie ou d’un timbre de voix. Pour nuancer les sensations ressenties, les intensifier ou les modérer, Vénus s’exprime à travers les éléments, les signes et les aspects avec d’autres planètes. Dans un ciel de nativité, son état céleste (état astrologique, configurations) et terrestre (maisons, angularités) informe sur le potentiel de séduction passant par l’enveloppe charnelle comme le timbre vocal.

La gourmandise, principe Vénusien n’est pas l’apanage de la planète puisqu’elle repose également sur des aspects Vénus-Lune, Vénus-Jupiter, Lune-Jupiter ou encore Vénus-Mars. A ce titre, l’archétype astrologique de l’art culinaire se rencontre à travers le ciel du chef cuisinier Paul Bocuse né sous un amas Soleil-Mercure-Vénus-Jupiter-Lune en Verseau avec une conjonction Lune-Jupiter dans l’angularité de son Descendant. Au moment de sa naissance Vénus et Jupiter encadrent son Descendant et la conjonction Lune-Jupiter est en train de se coucher.

Au regard de son amas angulaire en résonance avec un monde de saveurs et de senteurs, sa réalisation aurait-elle pu s’illustrer hors de cet univers ? En harmonie avec ses configurations, Paul Bocuse a implanté son style gastronomique à travers le monde.

Dans un thème natal, Vénus dominante n’inspire pas que des cuisiniers en herbe et de futurs nez de la parfumerie. Liée au monde des arts, elle invite à évoluer dans l’univers de la beauté, à travailler avec les couleurs et les textures. On accorde à Vénus une affinité avec l’univers des peintres, des coloristes, des visagistes, ceux et celles qui, par leur métier, valorisent les formes et jouent avec les nuances. Le travail avec différentes matières répond aux aspects de Vénus avec d’autres planètes ou à la présence de Vénus dans le signe de la matière soit la triplicité de Terre : Taureau, Vierge, Capricorne.

Camille Claudel

Le ciel natal de la sculptrice Camille Claudel dispose d’une Vénus en Capricorne carré à Saturne en Balance. Ici le travail artistique est façonné par Saturne. Vénus occupe le signe de Terre du Capricorne sous le carré de Saturne, un aspect astrologique adapté pour travailler un matériau. Son carré cardinal Vénus-Saturne est très dissonant en raison de la réception mutuelle des maitres planétaires : Saturne et Vénus. Le carré s’articule entre les maisons III et XII respectivement associées à l’entourage, la fratrie, la communication et celle du retrait, de l’oppression, des minorités, des restrictions, de l’isolement moral, physique ou d’une voie professionnelle dans un secteur spécialisé tel que la recherche ou le médical. Cette réception mutuelle dissonante entre maîtres planétaires de Saturne et Vénus lui valut l’influence contraignante de son entourage, entre autres de son frère Paul sur sa communication (maison III) et un épisode tristement célèbre de son existence qui fut son internement durant trente ans, soit le temps d’un cycle de Saturne à quelques mois près. Dans son thème de nativité, la perspective d’une longue solitude affective se reflète dans sa sévère dissonance Vénus-Saturne. La mémoire collective conserve de Camille Claudel ses œuvres et sa vie recluse.

Dans ce terrain de nativité Saturnien-Vénusien dissonant, en annexe de l’état astrologique de Vénus on observe des configurations éloquentes. La délicate conjonction Lune-Neptune Bélier situe une perméabilité aux ambiances, une immense sensibilité avec une vulnérabilité émotionnelle. Sous un contexte dominant de frustration et d’isolement, Saturne en cuspide de XII carré à son maître Vénus en III, son Mercure Capricorne est à son tour dissonant vers sa conjonction Lune-Neptune exposant Camille Claudel à des difficultés pour se faire entendre ou comprendre. Dans son natal, ces structures astrologiques prioritaires retranscrivent un sentiment d’incompréhension (Mercure carré Lune-Neptune) des entraves à la communication et à la liberté d’expression. Les relations familiales sont sources d’émotions toxiques.

Dans le thème de Camille Claudel, sa détermination issue de son carré Vénus-Saturne en signes cardinaux se heurte à la réception mutuelle dissonante entre ses maisons III et XII, reflétant une existence jalonnée de passions, de farouche volonté, de créativité, de conflits avec l’entourage et censure dans l’expression. Dans son ciel, la dissonance mutuelle entre Saturne et son maître, Vénus, délivre un sentiment de frustration. Sa relation passionnelle avec Auguste Rodin s’illustre à travers sa conjonction Nœud Sud-Pluton angulaire proche de la cuspide de VII.

Auguste Rodin

Auprès du thème de Rodin, nous retrouvons les mêmes planètes Saturne et Vénus mais sous la forme de conjonction. Sa conjonction Vénus-Saturne résonne avec le carré Vénus-Saturne de Camille Claudel. Le travail du marbre se trouve dans cet aspect Saturne-Vénus.  Sa conjonction Vénus-Saturne en Sagittaire est dominante. Vénus est conjointe à son maitre Ascendant, Saturne. Cette conjonction aspectée du double carré Mars-Uranus, est apex du carré en T, « aimer peut procurer un sentiment oppressant ». L’équilibre amoureux reste délicat à maintenir d’autant que les signes mutables inclus dans le carré en T incitent au changement. Il résulte de cet aspect un principe d’inconstance dans les émotions avec un besoin d’évasion.

D’une façon générale, la nature mutable du carré aide à mieux vivre les carrés. Le mutable expose à se remettre en question et procure une faculté pour s’adapter aux changements. Les carrés en mutables aident à se soustraire des tensions exercées, par une fuite momentanée ou une remise en question.  Chez Auguste Rodin, le carré en T Mars-Uranus vers sa conjonction Vénus-Saturne apex n’est pas un principe d’enfermement mais d’évolution. Il invite à des pistes de réflexions en raison du trigone de Pluton en Bélier à Vénus-Saturne servant d’aspect relais harmonique au carré en T. Néanmoins inclus dans un carré en T à Vénus-Saturne, Uranus crée une tension dès qu’il est question de manquer de marge de manœuvre. Par son carré à la conjonction apex Vénus-Saturne, Uranus génère des réticences dans les situations où l’espace de liberté ou bien la liberté d’action semble réduite.

Parmi ses configurations se distingue la conjonction Soleil-Jupiter encadrant le Milieu du Ciel, l’une des bases du Yod.  Reliés par sextile, la conjonction Soleil-Jupiter Scorpion et Mars en Vierge dirigent leurs énergies vers Pluton pour en faire la planète apex du Yod. Ainsi, son Pluton reflète son univers de créativité avec un état latent de possibles crises. En tant que planète transpersonnelle apex du Yod, Pluton procure à la destinée du sculpteur une dimension pharaonique restant dans la mémoire collective. 

Résonance de Vénus entre leurs cartes natales

L’importance de Pluton dans le ciel de Rodin se retranscrit dans le ciel de Camille Claudel à travers son Pluton angulaire en cuspide de VII conjoint au Nœud Sud. Une dissonance d’aspect mineur mais pertinent est présent dans le thème de Rodin, à savoir le sesqui-carré entre sa Lune en Gémeaux et son Neptune en Verseau, aspect Lune-Neptune présente dans le thème de Camille Claudel sous la forme d’une conjonction dissonante : Lune-Neptune carré Mercure opposé Uranus. A travers le dialogue dissonant de leur configuration Lune-Neptune se reflètent les remous émotionnels au sein du couple de sculpteurs.  Leurs cartes de nativité font écho l’une à l’autre à travers leurs aspects Vénus-Saturne, Lune-Neptune et leurs Pluton dominant. Ces résonances témoignent d’une relation profonde et éprouvante sur le plan émotionnel – dissonance commune Lune-Neptune – où l’engagement des sentiments n’est pas abordé sous le même angle chez Rodin et Claudel. La cuspide d’Ascendant de Rodin est conjointe à Vénus de Camille Claudel activant son carré Vénus- Capricorne – Saturne Balance. La signature astrologique globale – synthèse – témoigne d’une relation houleuse à connotation d’emprise et de fascination. L’état astrologique de leurs Vénus rappelle combien derrière la séduction et l’attirance de l’enveloppe charnelle, portes d’entrée de la symbolique de Vénus, aimer reste un chemin singulier pour chacun.

Une dissonance de Vénus n’altère pas la réalisation dans une sphère artistique ou dans un métier ayant attrait aux saveurs, senteurs, textures comme en témoignent les thèmes de A. Rodin et C. Claudel. La dissonance peut s’exprimer sur un autre plan. Elle relève de l’ordre de l’intime dans des questionnements profonds afin de maintenir l’équilibre d’un lien affectif. Dans la trajectoire professionnelle Vénus ne se manifeste pas seulement à travers une expression artistique. Elle invite à embrasser des carrières se déroulant dans un contexte agréable. Cette notion est toute relative selon le natal. Vénus représente également l’intervention de liens affectifs servant de levier ou de frein à l’évolution.

Pour conclure cet article sur Vénus, rappelons quelques règles essentielles en astrologie. Tous les aspects de nativité sont interdépendants les uns des autres créant une vue d’ensemble sur différents niveaux. Les structures ne sont pas réparties sur le même plan. Si l’on devait retenir une seule règle en astrologie ce serait celle de considérer la globalité du natal. Le rythme du thème, ses hiérarchies définissent la dimension dans laquelle évolue l’être. Dans des thèmes de nativité, il est des « Vénus » informant que « aimer est l’essence de la vie ». Les configurations natales de Auguste Rodin et de Camille Claudel soulignent le fait qu’une réalisation artistique majeure peut se dispenser d’une Vénus harmonique. L’expression artistique repose dans les subtilités d’un ciel où les dissonances, parfois les plus sévères, invitent à la sublimation. 

 

Valérie Tenza Darmandy le 27.03.2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *